Ce matin, le vent était pire que celui de samedi. Mais vous voulez que je vous dise ? (la réponse attendue est "oui") Finalement, j'ai connu la même chose à Brest. Et mon aventure de samedi, je l'ai vécue dans cette même ville. L'histoire qui commence par ce matin, j'ai mis le nez à la fenêtre, et je me suis dit "oh le zoli soleil, pas la peine de m'encombrer de mon parapluie" ; et puis sans comprendre ce qui se passe, alors que le soleil brille toujours, l'histoire finie par "je me suis pris la saucée de ma vie", illustrée d'un magnifique arc-en-ciel.

Le vent ce matin donc, était terrible. Je me suis même faite rire toute seule parce qu'avec mon sac de courses qui me lestait déjà beaucoup et augmentait ma penibilité à avancer, j'ai été littéralement stoppée nette par une rafale de vent. Mais vraiment. Le genou plié en l'air, le pas pas fini, bloquée dans mon élan. J'ai même été repoussée en arrière.

Vous savez quoi ? Je m'en fous, mais alors je m'en fous. Oui je m'en fous car aujourd'hui, j'aurais pu me prendre la pire averse de grêle de tous les temps, une tornade, puis la foudre, j'aurais pas pipé. Parce qu'aujourd'hui, je me suis prise un fou rire avec Alicia et elle m'a dit que j'avais fait des progrès en anglais.

Et bah moi, c'est idiot, mais il m'en faut pas plus pour me rendre béate.