[Bon, apparemment il faut que je rajoute un avertissement aux inconnus passant ici par hasard. Blog-note INTERDITES AUX GENS DEPOURVUS DE SECOND DEGRE et surtout aux gens ne sachant pas faire la différence entre un serial killer et une personne maniant le sarcasme et l'ironie (qui je le rappelle consiste généralement à exprimer de manière outrancière le contraire de ce que l'on pense - le principe étant de faire réagir, cf. Ruquier, Alévêque, Guillon, etc.)]

Je suis quelque peu prise de suées à l'idée que quelqu'un qui me lit pense que j'aime vraiment les mioches ou PIRE, que j'ai la fibre maternelle. OUHOUHOUHOUH (ALARME A SECOND DEGRE ALARME A SECOND DEGRE).

Aujourd'hui s'est déroulée sous mes yeux ulcérés et à mon corps tremblant d'exaspération l'une des scènes typiques qui me prouvent à quel point je n'ai ni la patience, ni la tolérance, ni la compréhension, et encore moins l'abnégation pour être mère.

Le matériel est basique. Prenez un jeu du morpion : 5 ronds, 4 croix, un plateau de jeu avec 9 emplacements (un jeu d'enfants diront certains, abrutis). Deux enfants de 4 et 6 ans. Une gentille maman. Une au pair facilement ulcérable.

Distribuez les pions entre les enfants,
Laissez la maman leur expliquer les règles (on joue chacun son tour, le but est d'aligner 3 pions),
Recommencez la partie jusqu'à ce que l'au pair trépigne et que de la vapeur s'échappe de ses orifices auditifs.
C'est prêêêêêêêt.

C'est compliqué de jouer chacun son tour bon sang ??? Pourquoi ils se jetent sur le plateau pour poser leurs pions comme des somaliens sur un bol de riz ??? Et pourquoi ils font pas attention, quand on leur dit 15 fois qu'il faut pas mettre ses pions au hasard ??? Raaaaaaaaaaaah

Vous voyez là, c'est trop pour moi. Et franchement, je pense pas que partager mon ADN ou mon nom de famille avec eux m'aiderait à converser mon impassibilité !