nuage_de_lait

J'avais oublié de vous faire part d'une de mes expérimentations culturelles (qui date un peu à ce jour, mais dont le souvenir reste FORT). Vous vous souvenez tous du cousin breton de notre célèbre compatriote Astérix ? Mais siiii celui qui finit ses phrases par "n'est-il pas" et qui boit de l'eau chaude avec un nuage de lait (ci-contre pour vous rafraîchir la mémoire). Bon. Il s'avère qu'ici aussi -en Irlande-, l'ajout de lait est une réelle habitude. Elle équivaut en fait à l'ajout de sucre chez nous. Moi, je me suis dit que je prenais pas trop de risque à tester vu que l'équation était logique : j'aime le thé + j'aime le lait = j'aime le thé avec du lait.

Ah ! La pigeonne ! Chais pas quelle leçon de maths j'ai loupé, mais ça marche pas comme ça.

Déjà, quand mon appétissant liquide ambré a tourné à la "couleur Smecta" pouvant autrement être décrite comme "plâtre", ç'aurait du me démanger l'oreille. Mais, toute dévouée à mon expérience nouvelle que j'étais, je ne me suis guère méfiée. C'est donc naturellement toute guillerette et confiante que j'ai bu ma première gorgée. Vous l'aurez compris, j'ai vite ravalé mon humeur guillerette tandis que j'avalais le thé au lait... En hommage à la courageuse mais pas téméraire Fadela Amara je dirais que c'était : dégueulasse !!!! Non mais quelle idée de couillon !!! Je sens même plus le goût du thé (c'était quoi déjà le parfum ?), j'ai l'impression d'ingurgiter un médicament (mais pas un de ces médocs aromatisés, nooooon, un des perfides, ceux qui n'ont pas de goût, pas de goût comme quand on a un rhume, le genre de sans goût frustrant et qui vous fait imaginer le pire), ça remplace pas du tout le sucre et en plus c'est froid maintenant !!!

Ma bonne volonté en avait pris un sacré coup. Cela dit, je devais recidiver 1 mois plus tard en testant la Guinness... Il y a donc de fortes chances que je goûte quand même le pudding de Noël.