Voilà trois matins que les bras m'en tombent. Trois matins que je me retrouve, les yeux comme deux ronds de flan, devant un croisement de Jean-Luc Delarue et Thierry Ardisson en train de présenter une version trash-égocentrique d'une émission digne de Bataille et Fontaine. Exemple de sujet : "i can't help beating my 66-year-old husband" (je ne peux pas m'empêcher de battre mon mari de 66 ans).

Ce personnage est Jeremy Kyle (apparemment très célèbre par chez les british vu l'article qui lui est consacré sur Wikipédia). Je l'ai détesté la première fois, je commence à apprécier ce qui pour moi est du second degré, carrément jubilatoire et totalement sadique. Il faut dire qu'il a des morceaux de choix sur son plateau. La crème de la crème anglo-saxonne. Pour adapter une expression bien connue, c'est l'Angleterre d'en bas (big up à Raffarin) qui s'exprime... Par soucis de politiquement correct, je n'attaquerai pas le physique à l'américaine (comprenez "obésité"), ni l'effroyable diction (comprenez "accent pequenot"), pas même l'échelle sociale (comprenez "en bas"). C'est passablement horrible, un chouilla immoral, complètement subjectif et donc terriblement jouissif.

En trois émissions j'ai quand même assisté à des scènes dignes d'un tribunal, où l'équipe utilise détecteur de mensonges et tests ADN ! Rien que ça ! Jeremy Kyle doit être entouré (selon mes déductions) d'une équipe blindée, de psychologues, psychiatres, et autres faire-valoir en tous genres qui lui permettent de savoir avant tout le monde les tenants et aboutissants de l'histoire qu'il est sensée résoudre sur le plateau. Par conséquent, c'est plus une pièce de théâtre qui se joue devant mes yeux ébahis qu'un réel débat constructif. Réglé comme du papier à musique le petit show de Jeremy ! Enfin... ce n'est que mon avis.

Là où le style décape, c'est que Jeremy (comme il en est question sur les pages internet qui lui sont consacrées) croit dur comme fer à la franchise. Pas étonnant donc que le sieur ne tourne pas autour du pot et balance à qui de droit les vérités qu'il croit justes. D'où l'égocentrisme évident qui émane de l'émission. Elle n'a plus grand chose d'humain, sauf quand Jeremy le veut bien. Toujours très doué, il saura agrémenter ses émissions de petites histoires émouvantes pour faire pleurer dans les chaumières (une mère qui protège sa fille en ne lui parlant plus depuis la mort du mari et père ou encore un couple bancal depuis la mort du frère du mari).

Pour Jeremy, une notion indispensable qui revient régulièrement dans ses discours est le respect. Love is about respect, it's all about respect (L'amour est une question de respect)... Il se targue d'aimer très souvent ses invités qu'il retourne visiter 6 mois après avoir brillamment résolu leur problème pour vérifier que tout va bien. Je me demande alors s'il ne devrait pas s'appliquer ses propres théories sur le respect. Ou alors considère-t-il tout simplement que le respect passe par l'honnêteté absolue, quitte à rudoyer ceux qu'on aime. Le mystère Jeremy Kyle reste entier ! :)

Pour ceux qui auraient l'envie ou la curiosité de jeter un oeil sur des extraits, vous en trouverez ICI.