Dimanche matin, réveil "knock knock knock, {tête blonde qui apparaît} Carrroline, we are going to see the sinesine, you can come with us at the cimema". Réponse semi-inconsciente dans l'oreiller "mmmh okay okay". Pour résumer. En fait, je venais d'accepter d'aller voir les Simpsons au cinéma. Même si je l'ai déjà vu, je ne vois pas l'intérêt d'être à Dublin si c'est pour rester tout un dimanche devant mon ordi : je saute donc avec plaisir sur toutes les occasions de sortir.

Les Simpsons se sont avérés ne pas passer à 12h mais à 13h. En revanche, Surf's up était diffusé à 12h. C'est donc ce film d'animation que nous sommes allés voir et qui sera donc à jamais gravé dans ma mémoire comme "mon premier film en VO non sous-titrée". Un film d'animation... ça me correspond bien n'est-ce pas ? :)

J'avoue qu'on peut rêver mieux que l'argot (en anglais "slang") des surfers américains pour un premier film sans sous-titres ! Cela dit, j'ai compris l'histoire, c'est déjà pas mal. Comme je le pensais, se forçer à ne pas regarder des sous-titres et se trouver devant un film sans sous-titres ça change TOUT. Dans le premier cas de figure, toute pleine de bonne volonté que je fus, je ne pouvais m'empêcher de loucher vers le paresseux confort de ma langue maternelle ; divisant ainsi mon attention sur l'anglais par deux. Dans le second cas de figure, pas de bouée de sauvetage, la focalisation sur l'anglais est totale et du coup bien plus efficace. J'ai beaucoup apprécié le film et ne suis pas déçue du résultat. Bref, à ceux qui désespèrent avec leur anglais, je dis que les solutions sont bien plus simples et évidentes qu'il n'y paraît.

Comme l'objectif de ce blog n'est pas de faire des critiques cinématographiques mais de parler de l'Irlande, le moment me semble opportun pour parler des cinémas irlandais et de leur censure (le terme n'aura jamais aussi bien convenu). Que pensez-vous de l'homosexualité, de la grossesse, de l'avortement ou encore de l'humour gras et de la vulgarité ? Sujets vivement rejetés par le système irlandais qui frôle à mes yeux l'incohérence. Jetez un petit coup d'oeil ici pour commencer : www.ifco.ie (bouton "classification") et .

Avant toute chose je me posais deux questions... est-ce qu'à 12 ans ma mère me lachait déjà dans un centre commercial toute seule avec mes copines pour que j'aille au cinéma ? est-ce qu'une image me choquera moins sous prétexte que quelqu'un est là pour me l'expliquer ? Pour l'IFCO, oui. Si les parents sont là, tout va bien car ils pourront rétablir l'ordre moral si besoin est.

Les différences avec la France sont tout simplement abracadabrantesques ! Quelques exemples parleront d'eux-mêmes. Shoot 'em up, moins de 12 en France (pour cause de, je cite, "succession ininterrompue de scènes de tuerie" rien que ça lol) et moins de 18 en Irlande. Dommage pour les ados irlandais, mais ici on peut comprendre. Second exemple : Die Hard 4. The film à aller voir entre potes, je l'ai vu, c'est plus sympathique et surfait que cru et traumatisant. En Irlande vous irez avec papa maman car il est interdit au moins de 15 ans non accompagnés.

Autre style, autre film : Borat. Le fameux crétin britannique en string qui a fait rire tant de français... On peut dire qu'il est con et extrêmement vulgaire mais pas bien méchant. Interdit aux moins de 16 ans (ferme, pas de parents qui tiennent) en Irlande, pourquoi ? Pour cause de "politically incorrect humour" et strong "sex and nudity" (scène de catch à poil)... Par contre, les Simpsons, qui cible les enfants car c'est un dessin animé est juste classé PG, malgré l'immoralité et la grossièreté du film.

Je pense qu'on pourrait en faire des listes de films interdits là-bas car ils ont de toute façon quasiment tous au moins la mention "PG" (parental guidance) et même quand il est G (donc techniquement pour tout le monde), l'IFCO persiste à préciser que "What might amuse one child, may upset or frighten another, so parents, who know their own children best, should decide what is appropriate" (ce qui amuse un enfant peut effrayer ou bouleverser un autre, les parents -qui connaissent bien leur propre enfant- devraient donc décider ce qui leur convient le mieux). C'est ce qui s'appelle prendre des précautions !! C'est-à-dire au final que même Ratatouille peut effrayer un enfant. Ah si, c'est vrai, il y a une scène dans les égoûts qui m'a faite sursautée. Trop de précaution tue-t-il le principe de précaution ?

Un petit mot enfin du cinéma français qui s'exporte. La vie en rose (La môme) est interdit au moins de 15 ans non accompagnés (moins de 12 ans seulement pour "la vengeance dans la peau" ou "world trade center"). Un petit rire dédaigneux me vient malgré moi... est-ce que c'est à cause des scènes où ils sont saoûls ?? Au pays de la Guinness ce serait un comble. La drogue est abordée dans le film, ce serait plutôt ça alors...

La censure semble donc ici destinée à protéger les enfants des moeurs plus que de la violence. De là à interdire au moins de 16 ans un film sous prétexte qu'il parle de grossesse non désirée (knocked up) et d'homosexualité (running with scissors), on atteint les limites du puritanisme à l'américaine. J'ai plus l'impression que la censure jouit de son contrôle sur 100% des sorties cinématographiques en mettant des interdictions à tout va. Les irlandais y sont bien sûr plus habitués que moi, pour eux cela se traduirait alors différemment dans leurs esprits ; mais pour un français qui débarque ça fait bondir, tout est estampillé d'une restriction !

Pour finir je me demande ce que cachent cet empressement et cette surenchère de censure, un catholisisme exacerbé me direz-vous ? Quand je pense qu'en France certains ont râlé parce que Saw 3 était interdit aux moins de 18 ans alors que les épisodes 1 et 2 étaient "seulement" interdits aux moins de 16 ans... Ils ne mesurent pas leur chance. Le cinéma en France semble bien plus libre qu'en Irlande, en espérant que ça reste ainsi (c'était l'insinuation politique du jour :-P).