En préambule à l'Irlande, je me permettrais une petite mise en garde pratique concernant Ryan Air : 15kg en soute, 10kg à la main. 8€ le kilo supplémentaire. Après, à vous de voir comment vous arranger pour éviter comme moi de défaire vos valises en plein milieu de l'aéroport et d'être contraint de partir avec au final... presque rien.
Fin du préambule.

Vendredi 7 septembre, j'ai donc posé pour la première fois mon pied en terre irlandaise, enfin tout du moins sur le tarmac de l'aéroport de Dublin. Contrairement à ce qu'on pourrait croire, le dépaysement avait déjà commencé dans l'avion avec les passagers à 90% anglophones et avec le pilote -irlandais au jugé de l'accent-, qui a annoncé quelques trucs (oui alors... me demandez pas ce qu'il disait. Il devait logiquement être question de la météo, du temps de vol, de nourriture, de magazines et de mesures de sécurité en cas de crash).

Après un vol très calme, durant lequel je me suis concentrée à m'en faire péter les neurones sur "Charlie Hebdo" pour oublier à quelle distance du sol nous étions et à quelle vitesse nous nous déplaçions, nous atterrîmes à Dublin Airport (le seul aéroport de la ville). Cinq kilomètres de marche à pied dans un four géant plus tard, je retrouvai -par un chanceux miracle- Laurie, toute rousse et toute souriante. Laurie étant d'origine britannique mais née en Irlande, son accent et sa diction sont plutôt limpides ; surtout si on est déjà habitué à l'accent américain. Car il faut savoir que les irlandais ont un accent se rapprochant plutôt de celui des américains (d'ailleurs, passé colonial oblige, ce serait plutôt l'inverse), avec une bonne rasade de sonorité british (type patate chaude) et quelques particularités locales qui font tout leur charme (et parmi lesquelles, à mon grand damn toutefois, on retrouve la vitesse).

Mes prédictions et espérances se sont heureusement réalisées : quand on a un niveau d’anglais écrit acceptable et qu’on est obligé de parler, on parle anglais et pis c’est tout ! Sortie de l’aéroport en voiture, voie d’accélération par la gauche ! Je ne sais pas si ma préparation mentale à jouer ou si on en fait un fromage pour rien, mais la conduite sur la gauche ne fût pas si terrible. C’est même plutôt amusant... tant que c’est pas moi qui conduit.

J'ai eu, pour mon premier jour une sacrée chance d'un point de vue météorologique : c'était le premier jour de soleil depuis plus d'un mois ! De là à dire que c'est moi qui a amené le soleil... :) Cela m'a permis de marcher plusieurs heures avec Laurie et de découvrir Howth sous son meilleur jour ; comme vous pouvez le voir sur les photos de l'album "premier jour". La ville de Dublin étant aussi un port, sa forme est celle d'une anse. Au nord de cette anse se trouve une péninsule appelée Howth, qui est aussi le nom du port situé sur cette presqu'île.

Le lendemain, samedi, nous sommes allées avec la DART à Dublin. La DART c'est à la fois la SNCF et le RER locaux. Leurs trains (vert plutôt pétant) ressemblent un peu au métro parisien, avec peu de places assises. Cela dit ce sont juste des trains. La seule différence notable avec la région parisienne prendrait plutôt la forme des signaux sonores d'ouverture des portes : non seulement les sons sont différents, mais en plus eux vous préviennent également à l'arrivée en gare (au cas où vous vous seriez endormi...). Dublin est une très jolie ville, difficile de ne pas l'aimer. Je n'ai fait que peu de photos (voir l'album "journée à Dublin") d'une part car j'étais avec Laurie et d'autre part car c'est petit mais très agité le samedi ! Nous avons fait le tour de toute la partie importante de Dublin, c'est-à-dire celle des magasins ! Grosso modo il s'agit de cette zone. Le parc Saint Stephen's est magnifique, il est relié au Trinity College par Grafton Street uniquement composée de boutiques et également piétonne. Symétriquement à cette rue, par rapport à la Liffey, vous trouvez O'Connell Street, plutôt une sorte de boulevard comme les Champs Elysées avec de grands trottoirs mais seulement 4 voies de circulation au lieu de 8 :) Tout autour de ces deux rues s'en trouvent pleins d'autres avec donc tout un tas de magasins !!

D'un point de vue plus social, l'Irlande est très différente de la France. En terme d'immigration, pour vous donner une idée, quand je suis retournée à Dublin je me suis "amusée" à compter le nombre de personnes noires ou de type maghrébin que je croisais. J'espère que personne n'y voit de racisme quelconque, ça n'est pas le cas (pour ceux qui ont loupé un chapitre : je lis Charlie Hebdo).  Simple constatation donc : 6 noirs, un couple typé maghrébin. Tout ça pour dire que leurs immigrants sont plutôt des russes, des polonais et des indiens. Pour un français, et surtout quelqu'un qui vient de Paris et sa région, ça fait une sacrée différence dans la population ! Autre constatation, et là je vais mettre fin à un cliché qui est en fait une réalité : il y a plus de roux. C'est comme ça... J'ai également croisé beaucoup plus d'yeux très clairs ou verts qu'en France.

Le dimanche, j'ai fait ma rencontre avec les enfants. Ca s'est très bien passé, pas trop de soucis pour les comprendre. Ils ont eu une autre au pair pendant 9 mois, donc bien sûr ils en parlent mais pour autant, ils ne rejettent pas la faute de son absence sur moi donc pas de problème.

Voilà pour les bases.